vendredi 25 janvier 2013

La tempête du siècle.

Oui, ça fait un moment qu'il n'y avait pas eu de nouvel article. Non que notre vie ait subitement arrêté d’être absolument fascinante -ça se saurait-, mais la procrastination nous prend pas mal de temps (dommage que ce ne compte pas comme un sport, on serait des sportifs de haut niveau). 
En plus il y a eu Noël, Papamaman, les cadeaux de Noël à faire (en retard), et -last but not least- Evariste.

Bref. donc y'a eu la raclette de réveillon chez C&B (sans C qui préfère, comble du snobisme, faire son réveillon dans l'avion), le dernier métro avec le chemin à pied par -13 pour rentrer, Noël, puis l’arrivée de Papamaman le 26. 
Jusque là, rien de très intéressant  météorologiquement parlant. Il y avait environ 10 cm de neige, de la glace sur les trottoirs, et du froid avec du soleil (ça c'est plutôt agréable). 
On avait deja raté une tempête qui avait finie sur Québec sans passer par Montréal (techniquement, effectivement, c'est plus la tempête qui nous a ratée que l'inverse). 
Le terme "tempête" est d'ailleurs largement suremployé par les média, qui l'utilisent à tort et à travers dès lors qu'il est prévu 15-20cm de neige en 24h. 

Le 26 au soir, en regardant la météo ils annonçaient un avis de tempête pour les prochaines 24h, avec jusqu’à 25 cm de prévu sur Montréal, et beaucoup de "poudrerie" (terme plutôt poétique convenant très bien aux cristaux de neige qui tombent). Ça fait deja au moins 4 fois qu'ils font le coup, donc on se méfie, mais y'a toujours une part de mon cerveau qui, atteint de dissonance cognitive, ne peut s’empêcher d'y croire et d’être excite comme une shopaddict un jour de Boxing sales.
Cette fois-ci c'était la bonne. Au lever du jour, 40 centimètres recouvrent tout, et la neige continue à tomber.



Vers midi, un pelletage de l’allée s'impose, en tant que bon non citoyen canadien:

(on en profite pour mesurer)


Et quelques temps après, tout est à recommencer, un peu comme nettoyer sa voiture puisqu'il va pleuvoir dessus -presque- immédiatement.



Vers 17h30 (oui, on dirait qu'il est minuit et quelques tellement il fait noir), on s'est dit qu'on pourrait aller faire des courses, et donc aller marcher un peu dans la neige:

("incroyable. Je suis au Canada en hiver,
et y'a 1m de neige. Incroyable")

(préparation, il fait quand même -6...)

Blague à part, on remarquera l'aisance que j'ai à me plier en deux pour faire les lacets de mes chaussures... Retrouver sa motricite et avoir l'impression d'être dans un milieu a pesanteur réduite est tout bonnement magique.



(Cette image comporte 2 velos. Saurez-vous les retrouver?)

Ca parait difficile a croire comme ca, mais c'est le trottoir, et les monticules sont des voitures. C'est aussi la qu'on se rend compte qu'on est super chanceux de pas avoir de voitures. 
Les voir littéralement sortir leur voiture de la neige en pelletant pendant 2h (avec, pour l'un, le chasse neige qui passe a 50 a l'heure et qui anéanti ses efforts de l'heure passée en remettant tout contre et sur sa voiture...hahaha!), ça donne pas plus envie que ça. Prendre les transports, avec les bus qui conduisent comme des dingues et qui patinent pour s’arrêter, est bien plus drôle!





Contrairement à ce que nous pensions, fraichement débarqués de notre France où 2cm de neige font la une des JT comme si cela n’était jamais arrivé depuis l'invention de la télévision couleur, ce ne sont pas des chutes de neige habituelles pour Montréal.
La dernière tempête de cette envergure date de 1971, et serait la "tempête du siècle". Étant donne qu'on était en 2012, ça fait encore 88 long hivers sans niveau de neige intéressant, donc ça vaut pas le coup de rester ici. Encore un argument pour aller vers Calgary (je vais arrêter, sinon on va croire que je suis pas bien ici).
Pour récapituler: depuis qu'on est ici on a eu un tremblement de terre, une tempête de neige, un ouragan (bon celui la on est un peu passe a cote). Il nous reste plus que le raz-de-marée, pour compléter notre panoplie je crois. Pour ça, ce serait bien que ça attende qu'on déménage pour habiter un peu plus en hauteur, d'ailleurs.

Cette neige est restée 3 semaines, et a fini par commencer à fondre le week end du 12 janvier, où il a fait 5 degrés et il a plu.
Depuis, ca c'est refroidi et on est dans une phase de froid plutôt intense, avec -26,5 degrés enregistrés sur notre thermomètre extérieur  mardi matin. le ressenti est d'ailleurs plutôt aux alentours de -37, soit pire que de vivre dans son congélateur, car il y a un effet "wind chill", c'est a dire que l'air donne un ressenti plus froid à cause du vent. Expérience intéressante, où il est important de bien mettre ses gants et son bonnet pour ne pas perdre une oreille ou des doigts. Monsieur A teste donc tous les jours sa veste spéciale conditions extrêmes pour aller à l’école, et il en est très content.
Une erreur est survenue dans ce gadget